Images du système solaire

La configuration habituelle utilise une webcam Toucam Pro, remplacée à partir de 2010 par une DMK21, et une lentille de Barlow TeleVue. Le traitement est effectué sous Lynkeos et, à partir de 2016, par Autostakkert! et Registax et/ou Pixinsight. A partir de 2018, j'utilise une caméra couleur Zwo 224 MC, avec un correcteur de dispersion Pierro Astro MK3. A partir de mars 2019, pour la Lune, j'utilise également une caméra noir et blanc Zwo 174MM. En raison du nombre d'images, il y a plusieurs pages séparées.



Mercure

La planète la plus proche du Soleil ne se laisse pas facilement capturer ! Elle est à son meilleur dans les conjonctions avec un fin croissant lunaire, comme par exemple ici à l'aube du 11 octobre 2015 : 

Les gros plans se font mieux de jour... on peut alors découvrir les phases de la planète, ici un mince croissant. Pour cette image, datant du 15 février 2020 à 13h34tu, j'ai utilisé le C14 de la SAML et ma Zwo224MC. La turbulence diurne était très forte, interdisant la visibilité du moindre détail.


Vénus

Voici une image de Vénus réalisée à la montagne de Lure le 20 février 2009 à 18h20TU : 

En 2020 Vénus nous gratifie de deux élongations, soir puis matin, particulièrement favorables. En couleurs RGB (Zwo224MC), l'atmosphère de la planète ne montre que des nuances très peu contrastées, obligeant à un traitement énergique. En combinant une caméra noir et blanc (Zwo174MM) et un filtre UV, les nuages des couches de haute altitude sont évidents.

11 janvier 2020, diamètre équatorial 13.7'', C14 de la SAML, seeing bon sans plus. En RGB, 15h48TU, puis en UV, 16h17TU (l'échantillonnage n'est pas le même, d'où une taille apparente différente) :

Même montage, le 15 février 2020 (diamètre équatorial 16.8'', mais seeing médiocre. En RGB, 14h01TU, puis en UV, 14h29TU :

En ce début de confinement, le 18 mars 2020, je dois me contenter de mon jardin, et utiliser cette fois mon C9.25EdgeHd. Mais le seeing est au rendez-vous en UV, aidé par l'altitude de la planète (60°) et un diamètre équatorial de 22'', à 16h17TU. L'atmosphère vénusienne est bien détaillée :

Même configuration pour le mois d'avril, à l'approche de la conjonction inférieure le diamètre de la planète augmente fortement. Voici une planche récapitulative de Vénus en élongation est :

Une fois la conjonction passée, Vénus brille haut dans le ciel du matin. Voici trois images prises avec le C9.25EdgeHd, depuis le Périgord pour les deux premières (6 et 24 août, 25.4'' et 20.9''), Lure pour la troisième (13 septembre, 17.6'')  :

Jupiter

Jupiter et deux satellites, le 31 juillet 2010 à 1h35TU. La tache rouge est bien visible : 

Jupiter avec la Grande Tache Rouge, le 22 avril 2018 à 3h24 TU: 

Le 1er juin à 21h45 TU, j'ai utilisé le C14 de la SAML, au moment d'un transit de Io. Le satellite Ganymède, hors champ, a été imagé séparément. La comparaison de l'agrandissement à 200% et de l'Atlas Virtuel des Planètes montrent qu'il y a des détails réels : 




Jupiter avec la Grande Tache Rouge, le 20 septembre 2019 à 20h01 TU: 

Le 6 août 2020, à 23h24TU :

Le 2 juillet 2022 à 3h03TU, les conditions étaient excellentes, ce qui a permis de tirer profit du C14 de la SAML :

Le 22 juillet 2022 à 3h26TU, les conditions étaient pratiquement aussi bonnes. Le matériel est le même que le 2 juillet, avec un peu plus d'allonge (7050mm de focale au lieur de 6700).

Le 15 octobre 2022, 22h46TU, les confitions étaient très bonnes avec le C9.25 (focale 6100mm).  Les détails sur Ganymède semblent réels, la région brillante étant Phrygia Sulcus.



Saturne

Saturne, la plus belle planète du système solaire, prise ici le 1er avril 2006 à 21h19 TU :

Saturne, le 22 avril 2018, à 3h45 TU :

Saturne, le 2 juin 2018, à 2h59 TU (avec le C14) :

Toujours avec le C14, le 23 juin à 0h37TU, à noter une tempête vers le nord :

Les conditions étaient excellentes au C14 le matin du 2 juillet 2022, 2h48TU. La planète remonte aussi sur l'ecliptique par rapport aux années précédentes... L'image a été traitée de manière à faire apparaître les satellites Dioné (en bas à gauche) et Téthys (en haut à droite), évidemment bien moins lumineux que Saturne !



Uranus, Neptune, Pluton

Uranus ne laisse guère voir autre chose qu'un petit disque délicatement coloré : voici une image datant du 29 septembre 2018 :

En voici une autre, dans d'excellentes conditions, le 15 octobre 2022 à 23h13TU, le nord céleste étant en haut :


Il est facile de repérer photographiquement Pluton. Cette photo montre le déplacement entre le 13 et le 14 août 2006, la planète (pas encore naine à l'époque) de magnitude 13.9 étant dans le Serpent. L'EOS 300 à 800 iso était placé au foyer du C8 avec le réducteur, 10 poses de 90 secondes et 3 poses de 120 secondes, traitées sous IRAF.

Conjonctions et événements

Voici Une belle rencontre entre une jeune Lune et Vénus, le soir du 8 aoüt 2005 dans le Périgord. J'ai utilisé l'EOS 300D et sont objectif 18-55mm. 

Voici un autre très beau rapprochement, saisi avec l'EOS 300D à la montagne de Lure le 7 juillet 2007. De gauche à droite, Régulus, Vénus et Saturne semblent courronner le sommet lunaire du mont Ventoux.

Le matin du 27 avril 2022, après une nuit passée à tirer le portrait de NGC4631, une vieille Lune se levait dans les lueurs de l'aube, marquées par l'alignement Jupiter-Vénus-Mars-Saturne. Les images sont prises avec l'EOS760D, la première à 22mm de focale, la seconde à 85mm pour un gros plan de la conjonction Lune-Jupiter-Vénus (Jupiter est à gauche).

L'éclipse de Lune du 3 mars 2007 a été magnifique : idéalement située au milieu d'une nuit  sans nuage, elle a exhibé des couleurs splendides. La soirée d'observation à la montagne de Lure fut inoubliable (on en trouve des photos ici). Pour cette image, prise pendant la totalité à 23h45 TU, l'EOS 300D était placé au foyer du C8 (avec réducteur), 7 vues de 10 secondes à 400 iso ont été additionnées.

L'éclipse de Lune du 28 septembre 2015 était un peu moins bien placée, et perturbée par une météo très capricieuse, qui nous a heureusement été propice au moment critique. Voici une image de la totalité, et une image de la sortie de l'ombre (en synthèse HDR). Dans les deux cas, j'ai utilisé mon EOS 760D à 100 iso avec ma lunette WO98FLT. J'ai monté les différentes images prises cette nuit-là, depuis l'entrée dans la pénombre jusqu'à la sortie, dans cette vidéo.

La comète C/2020 F3 Neowise nous a offert un spectacle magnifique durant l'été 2020.  Lumineuse, idéalement placée dans le ciel depuis la France, la comète a brillé dans le ciel du soir en juillet. Les images suivantes ont été prises depuis Montfuron le 17 juillet, à l'aide de l'EOS760D muni d'un objectif 10-22mm puis 28-135mm sur un trépied. Les focales sont respectivement 21, 28 et 70mm.

La nuit suivante, le 18 juillet 2020, depuis la montagne de Lure, j'ai utilisé l'EOS760 avec un objectif de 300mm à f/6.3, montée sur l'AP Mach-1 et la WO98FLT pour assurer le guidage sur une étoile. L'alignement à la fois sur le noyau cométaire et sur les étoiles a été réalisé par voie logicielle. Il y a 63 poses de 1 minute à 200 iso.




Accueil

Musique

Astronomie

Mes images
Système solaire
Constellations
Amas stellaires
Nébuleuses
Galaxies
Voyage au Chili 2015
Voyage aux USA 2017
Liens astronomiques